AFFICHAGE :Espace publique, espace privé : un territoire, deux systèmes de règlements

Suite de la partie 1 -
Espace publique, espace privé la pub y est encore

L’affichages en mode guerilla
Les photos avec décalques qui ont un collage statique, sont placées sans autorisation, dans les entrées des métros (ne pas confondre avec les campagnes plus professionnelles qui ont eux la permissions de le faire), sur les poteaux des campus de collèges, universités, casiers, salles de bains, murs de sites de construction. À ce que l’on dit ces campagnes se retirent après une exposition de 6 à 12 heures. À New York une invasion de papillons Microsoft au nombre de 17 000 avait apparu sur les murs de batiment, devanture de magasins, sorties de métro, statues pour une période de 12 heures avec des indices pour attirer les gens à un mega concert dans le ‘’Central Park’’. Le jeux en vaut la chandelle encore une fois, de grâce, une simple amende ridicule de 50$ US.

C’est la suite du B2B (business to business) à B to C (business to consumers). Mais dans l’ordre c’est B2C à B2B.

L’affichage sauvage (wild posting)



Apple y a fait sa campagne pour le IPod, avec les découpages d’ombrages noirs avec du mouvement des personnages sur des fonds de couleurs. Il y a des gens qui aiment d’autres pas. Je trouve que cela informe et décore les murs, palissades de chantier de construction. C’est informatif car c’est moins pub mais plus pour les arts et spectacles ainsi que les expositions à 85% du temps. Il y a longtemps, cela n’a pas été facile avec la ville et surtout avec le maire Bourque à l’époque. Le pire qu’y puisse arriver, c’est d’avoir une amende quand les poseurs se font prendre sur le fait avec l'obligation de nettoyer. Publicité Sauvage existe depuis plus de 18 ans maintenant! Bravo à vous ! Publicité Sauvage a obtenu une révision du règlement d’urbanisme de Montréal No. 5128 (art. 565), autorisant la pose d’affiches sur des chantiers de construction. Clientèles types : Agences, cinéma, corporatifs, danse, éditions, exposition, festivals et événements, medias électronique, musique, spectacle et théâtres. Pour de ce qui est de l’écologie, Publicité Sauvage entretient ses pallissades en enlevant ses couches d’affiches en allant les porter à un des centres de recyclage de la ville de Montréal et utilise de la colle écologique. Ce n’est pas de la farine et de l’eau. Cela ne tiendrait pas l’hiver et lors de forte pluie. C’est secret comme les épices ‘’Montréal Streak’’, la chapelure du Colonel de PFK et aussi mystérieux que le secret de la barre Caramilk. Tout comme certaines recettes, il faut ajouter la bonne quantité de pâtes X avec une quantité d’eau ! Sinon on ne récolte pas les résultats escomptés

Note: L’affichage sauvage sur le domaine privé est sous la responsabilité du propriétaire puisque cette activité ne requiert aucun équipement spéciale. Pour plus d’information sur l’affichage sauvage et graffiti.

Guerilla Marketing : The Weapon of Mass Attention!
La definition : c’est une méthode peu conventionnelle pour atteindre un maximum de résultat avec un minimum de ressources. Point de vue marketing en language des ‘’suits’’ ; De maximiser ses profits en minimisant son investissement.

Du simple sticker à l’animation événementielle, les marques n’hésitent plus à aller au-devant de leur clientèle, là où elle se trouve. Le street marketing s’impose dans les plans de communication. La guerilla de rue pour la promotion marketing de produits, échantillons, coupons etc... Première règle du street marketing : identifier les lieux de rassemblement de la population type afin de mener une opération très ciblée. Ces lieux seront pêle-mêle, selon la cible souhaitée, des quartiers universitaires, des événements culturels, des zones d’affaires ou encore des entrées de magasins. Les gens qui ne sont pas ‘’urban’’ (c’est pas de votre faute) ont moins de chance de voir ça. Les jeunes font de la promotion théâtrale avec l'affichage mobile. Comme ceux-là avec leur bonbonne de liquide avec des verres en plastique pour distribution d’échantillons. “Pour la marque, le street marketing peut servir plusieurs objectifs : créer l’événement, se rapprocher d’un client pour faire passer des messages alternatifs “

Ces bandes de guerriers marketing de rues sont principalement populaire dans les villes comme ; Montréal. Toronto, Vancouver, New York, Los Angeles, Boston, Phidadelphie, Miami, Sans Francisco, Atlanta, Portland, Chicago, Seattle, Detroit, Phoenix, Austin, Dallas, San Diego, Washinton DC, Denver, Nouvelle Orléan, Raleigh. Leur but premier est toujours de promouvoir l’image de marque.

Si on vendait des produits on aurait besoin d’un permis de la ville avec notre tite photo, mais ici ce sont des échantillons que l’on distribue dans un espace publique.

Les spécialistes du marketing délaissent l’utilisation traditionnelle des célébrités pour faire la promotion de leurs produits. Le public commence à douter que les vedettes utilisent vraiment les produits dont elles font la promotion. Donc la tendance actuelle associe plutôt des célébrités à certains produits afin qu’elles les portent lors de leurs apparitions publiques ou au cours d’entrevues avec les médias. Ceci sans indiquer clairement qu’elles sont des portes-paroles rémunérés. Qu’en est-il de Céline Dion avec Air Canada ! Des économistes prédisent qu’Air Canada va faire faillite d’ici deux à trois ans. Mais félicitation à Futurbrand (qui a un bureau à Toronto) pour le rehaussement de la nouvelle image de marque! Air Canada a maintenant des actions à 6 cents l’unité.


Bouche à Oreille ou le Marketing viral
Pour initier le phénomène de communication à l’envers, la marque doit d’abord identifier la personne la plus populaire ou influençable d’un groupe de jeune de lui donner des vêtements, un cellulaire, une pair de souliers hip etc... pour qu’il en vante les attributs de la marque, l’utilité et le mérite de son objet à ses camarades influençables eux aussi. Ou encore: transmettre ou donner une opinion de masse pour influencer le comportement d’achat, les tendances de mode qui sont suivies des consommateurs traditionnels. Les influenceurs ou leader d’opinion, selon la stratégie souhaitée, reposent sur un quatuor ; ciblage, innovation, action et suivi, travail des campagnes de commercialisation par le bouche à oreille. Cela peut être ‘’online’’ et ‘’offline’’, le réseau peut-être transmit par : DJ, personnel de restaurant, propriétaire de boutique, les expostitions de commercialisation de produits, ‘’bartenders’’, magazines, photographes, musiciens, bloggers, promoteurs de club! Tel est le rôle du ciblage.

Projecteurs
Les projecteurs avec des lumières ‘’gobo’’ qui résistent à la chaleur, ont des images/diapositives interchangeables et qui font rayonner le logo en couleur sur le trottoir ou un bâtiment. On ne peut que voir ça dès la noirceur.

Et puis...
En relisant de vieux magazines, j’ai revue qu’en 2000 Naomi Klein s'était faite mettre hors du magasin Niketown par un garde de sécurité lorsqu’elle y faisait une entrevue avec CBC pour la promotion de son livre No Logo. Je mentionne ceci juste pour démontrer le contexte de l’espace public et privée. Nike mentionne que c’est un espace publique, donc elle dérangeait la mentalité de la corporation, et ''ne fitait'' pas là.

La politque c’est la politique parce que c’est la politique... l'autre version c'est : ''La loi c'est la loi parce que c'est la loi !''... comme se faire dire par un gardien de magasin qui nous interdit de prendre des photos, et de consulter le directeur du centre d’achat. Lui il te dit que c’est les règlements mais ils ne sont afficher nul part. Micheal Moore qui se tenait trop près d’un bâtiment de l’Arabie Saoudite dans son reportage Farenheit 9/11. Un gardien c’est approché et lui a demander de ne pas filmer.

1 commentaire:

Anonyme a dit...

Msg de JEANJU :
Excellente suite du précédent post sur la pub ESPACE PRIVÉE ESPACE PUBLIQUE j ai hâte de te lire à nouveau... Peux tu STP citer tes sources documentaires : livres, websites, rencontres, autres... Il est vrai que la fragmentation des offres obligent les annonceurs à suivre de nouvelles directions leur permettant de caresser l'espoir de voir leurs messages vus lus intégrés et transformés en action, il est vrai aussi que de plus en plus de personnes critiquent la pub car elle devient omniprésente, TV, radio, métro, toilettes, magazines, trottoir, boutique et même entre nous, nous faisons de la pub. Il serait bon d'arrêter de taper sur la pub pour au contraire reconnaître que dans notre société c'est un vecteur d’information dont on ne pourrait se passer afin de savoir et connaître pour agir. La meilleure pub au monde ne pourra jamais atteindre son but si le client ne se sent pas touché, concerné, acteur, il est donc primordial de concentrer les efforts de la communication publicitaire sur le dialogue avec le consommateur. Et vous qu’en pensez vous ?

 

IPUB.CA.CX DE LA PUB RIEN QUE DE LA PUB ! - Copyright 2003-2009 All Rights Reserved
Accessible via : BLOGSPOT--JEAN-JULIEN.COM
C'est quoi ipub.ca.cx ¦ C'est un blog qui diffuse gratuitement de l'information sur la publicité et les communications partout dans le monde.
C'est le premier blog québécois qui parle de publicité et qui s'adresse à la fois aux professionnels et aux étudiants.
C'est un formidable moyen de donner son point de vue et de démarrer des discussions.
C'est un outil d'échange au service d'une communauté de passionné(e)s!